Rassemblons-nous pour construire notre nouvelle agglomération

Torcy, le 20 octobre 2015
CRCI du 19 octobre 2015, déclaration de Paul Miguel

"Rassemblons-nous pour construire  notre nouvelle agglomération"

La Commission régionale de coopération intercommunale (CRCI) s’est réunie le 19 octobre 2015 pour décider de l’avenir des agglomérations de Marne-et-Chantereine, du Val Maubuée, de la Brie Francilienne, de Marne-et-Gondoire et du Val d’Europe.

La CRCI a tranché en faveur d'une agglomération composée de Marne-et-Chantereine, du Val Maubuée et de la Brie Francilienne. Cet ensemble qui naîtra au 1er janvier 2016 réunira 12 communes et plus de 220 000 habitants.
Depuis le début de ce processus, nous, élus du Val Maubuée, avons à cœur de travailler dans le respect des objectifs de la loi, au consensus entre les élus concernés et dans le sens de l’intérêt des territoires.

Une gouvernance nouvelle
La nouvelle intercommunalité devra être une institution respectant l’ensemble des communes et des territoires regroupés, quelles que soient les sensibilités politiques. C'est par des projets communs que nous dépasserons les divergences qui subsistent. Les maires de chaque commune, grande ou plus petite, seront les acteurs essentiels de cette nouvelle intercommunalité, située aux portes Est de la Métropole du Grand Paris.

Pour une agglomération de projets
L’intercommunalité doit rester un lieu de partage de compétences au service des villes. Notre priorité désormais doit être de faire émerger une ambition et un projet commun entre ces trois territoires qui ne feront plus qu'un.

Entre Marne-et-Chantereine, le Val Maubuée et la Brie Francilienne, les priorités, les enjeux sont comparables. Malgré des histoires différentes, nous disposons d'atouts et de compétences proches en matière de développement économique, d'emploi, d'aménagement urbain et d'équipements tels que piscines, conservatoires et médiathèques.

Paul MIGUEL
Président de la Communauté d'agglomération
du Val Maubuée / Marne-la-Vallée

TéléchargerCRCI du 19 octobre 2015, déclaration de Paul Miguel