Étangs - © Yann Pirou

Les étangs du Val Maubuée

En bordure du plateau de la Brie, le Val Maubuée est arrosé par 4 rus (Gondoire, Maubuée, Merdereau et Nesles) et compte en tout vingt-huit plans d'eau (70 ha), dont la plupart ont été créés pour réguler les eaux de ruissellement et les drainer vers la Marne.

Montage de photographies aériennes - 1966 - Géoportail / IGN

Montage de photographies aériennes - 1966 - Géoportail / IGN

Si tous les plans d'eau du Val Maubuée ont été façonnés par l'Homme, certains existaient bien avant la ville nouvelle.

  • Les étangs de Croissy et de Beaubourg ont été créés au 17e siècle probablement pour l'agrément des châteaux alentours et pour la pisciculture ; ils sont répertoriés dans l'inventaire national des Z.N.I.E.F.F. (Zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique) comme secteurs d'intérêt biologique remarquable. Le biotope de l'étang de Beaubourg, source du Maubuée, est protégé depuis le 13 janvier 1992 par un arrêté préfectoral qui renforce sa protection.
  • Traversé par le ru du Merdereau, l'étang de la Haute-Maison, à Champs-sur-Marne, est lui aussi ancien. Il est répertorié sur les cartes de Cassini (1756) et servait de retenue d'eau pour la ferme du même nom, toute proche.
  • L'actuelle base de loisirs de Champs-sur-Marne a été acquise en 1973 par le département de Seine-Saint-Denis. Détachée du domaine du Château dans la première partie du XXe siècle, elle fut utilisée comme carrière de sable et s'est progressivement remplie d'eau au fur et à mesure de son exploitation.

Quand le paysage guide les aménageurs

Lognes : Gare du Mandinet, Étangs des Ibis (devant) et du Maubuée (au fond) et château du Mandinet (futur Hôtel de ville) - début des années 1980 -  © Éric Morency

Lognes : Gare du Mandinet, Étangs des Ibis (devant) et du Maubuée (au fond) et château du Mandinet (futur Hôtel de ville) - début des années 1980 - © Éric Morency

En 1972, la ville nouvelle de Marne-la-Vallée est créée et les villages entourés d'espaces agricoles se transforment peu à peu en véritables villes. Logements, équipements, voiries... l'imperméabilisation de surfaces importantes impose la création d'un système d'assainissement afin de réguler les eaux de ruissellement et les drainer vers la Marne.
Le site du Val Maubuée étant déjà naturellement vallonné par les trois talwegs* qui l'entaillent, les concepteurs de la ville nouvelle ont décidé d'utiliser ces reliefs naturels pour guider l'eau vers la Marne, plutôt que d'utiliser de gros tuyaux.
D'intenses travaux de terrassement ont eu lieu au milieu des années 70, particulièrement dans la petite vallée du ru Maubuée, afin de sculpter le paysage et réaliser un chapelet d'étangs sur le cours d'eau. L'emplacement de chacune des retenues a été étudié pour recueillir les eaux de ruissellement correspondant à un ou plusieurs quartiers d'urbanisation.

* Ligne de fond de vallée et par extension, échancrure dans le paysage.

Joindre l'utile à l'agréable

Si les plans d'eau créés sont interdits à la baignade, la pêche y est autorisée. Leurs abords ont été aménagés en grands espaces verts et parcs qui forment de véritables coulées vertes et permettent de longues promenades pour rejoindre la Marne et les sentiers qui la longent. Ils permettent aussi à de nombreux oiseaux, insectes, batraciens et autres espèces de s'épanouir et sont donc des outils indispensables au maintien de la biodiversité en milieu urbain.

Torcy : étang de l'Arche - avril 2013 © Myriam Tisserand / CA Val Maubuée

En bref

Les 4 fonctions des plans d'eau

  • Filtrer naturellement les eaux pluviales avant leur rejet dans la Marne
  • Réguler. En stockant l'eau et en la rejetant à un débit régulier, ils limitent l'impact de l'urbanisation sur la Marne et contribuent à réguler son niveau.
  • Préserver la biodiversité. Les espaces aquatiques et végétaux particuliers constituent des abris de choix pour de nombreuses espèces.
  • Aérer. De part leur étendue et leur richesse, ils constituent de véritables jardins pour la population du Val Maubuée.